Richard DI MARTINO En 2001, il participe à la création du Zarmatelier à Marseille avec Bruno Bessadi, Thomas Allart, Éric Stoffel, Domas, etc… où d’autres auteurs y feront de plus ou moins longues apparitions. Par la suite, il entame des travaux ponctuels pour le journal « Spirou », puis la série Outre Tombe avec Jean et Simon Léturgie au scénario, l’adaptation en bande dessinée de la pièce de Molière George Dandin aux éditions Vents d’Ouest , Les Fondus de Jardinage chez Bamboo, Eddy L’angoisse, qu’il réalise en tant qu’auteur complet pour le label Discover de Paquet, Ingrid de la jungle chez Fluide Glacial, et la nouvelle série Tels Pères, telles filles, qu’il co-réalise avec Domas pour Vents d’Ouest.Richard Di Martino est né en 1971. Il tombe dans la bande dessinée dès son plus jeune âge avec Pif, Spirou, Astérix et Tintin. Après des études de graphisme, il travaille en agence de communication, puis dans un studio de dessin animé avant de publier son premier album en 2000 : Malek Sliman, sur un scénario de Bruno Falba, série en trois tomes rééditée en intégrale en 2011.

DJET, dessinateur réunionnais domicilié sur Paris est actif dans le milieu du dessin animé comme storyboarder, illustrateur et designer. L’Île de Puki (2011) est sa première publication BD.

Philippe FENECH Son premier travail en tant que dessinateur, c’est dans un quotidien de sa région qu’il le trouve. Il crée le personnage du « Requin barjot », gags en strips. En 1999, rencontre décisive avec le scénariste Curd Ridel qui lui donne bon espoir…Curd s’en mordra les doigts, parce que le Fenech s’accroche, s’incruste… et leur collaboration donnera « Tuff et Koala », série pour enfant, paru aux Editions SOLEIL en mars 2004. Entre 2000 et 2002, il mène en parallèle deux activités, celle de professeur de dessin et cinéma et celle de pigiste chez Disney Hachette. On le retrouve dans les revues « Le journal de Mickey », « Mickey Parade » ou encore « Super Picsou géant », dans lesquelles il réalise des jeux mais aussi une série de gags « Après la classe » avec Dobbs au scénario.Tombé par hasard sur terre le 1er Avril 1976, à Montpellier. Il décide de devenir dessinateur après avoir lu Astérix… Il fait des études de 1994 à 2000, pour devenir Spielberg, mais la place est déjà prise, et revient donc à sa première passion, la BD.

Enfin, en 2003, il abandonne son boulot d’enseignant pour se consacrer à la réalisation de ses Albums aux éditions SOLEIL. “Tuff et Koala” cité ci-avant, “Anatole et Compagnie” série humoristique avec Nicolas Mitric et enfin « L’ordre des Meckkas » série de science fiction avec Téhy au scénario, projet en cours.

Adrien FLOCH Après un bref passage à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs à Paris, il se consacre à l’illustration de presse et d’édition. Il publie en 1977 son premier album de bande dessinée Le rendez-vous de Sevenoaks en collaboration avec François Rivière. Suivront dans cette série intitulée Albany & Sturgess trois autres livres : Le Dossier Harding (1979), A la recherche de Sir Malcolm (1985) et Olivia Sturgess 1914-2004 (2005). Ainsi qu’une fantaisie Meurtre en miniature en 1994 et un livre Les Chroniques d’Oliver Alban (2006). Le tandem réalise aussi la série Blitz comprenant Blitz (1981), Underground (1996) et Black-out (2009) qui sortent en intégrale en 2011. Parallèlement, Floc’h réalise une autre bande dessinée avec Jean-Luc Fromental Jamais deux sans trois (1991) et est l’auteur de livres illustrés Life (1985), High Life (avec Fromental, 1986), Ma vie (1985), Ma vie 2 (1997), Je me souviens (1987), Un homme dans la foule (1985), Exposition (1998), Journal d’un New Yorkais (Avec Michel Jourde,1994), Une vie de rêve (2007), Male Britannia (2009), London Euphoria (2010), Regency Utopia (2010),et Une vie exemplaire (2011).Illustrateur bien plus que dessinateur/auteur de bande dessinée, Floc’h met aussi bien son talent au service du cinéma (affiches et génériques pour Alain Resnais, Woody Allen, Mike Leigh…) que de la publicité et de l’illustration pour la presse (The New Yorker, le Monde, Monsieur, Lire, World of Interiors …). Le meilleur de ce travail est recueilli dans Un homme dans la foule (1985), Floc’h illustrateur (2000) et Floc’h illustrateur 2 (2005). En 2012, il publiera un graphic novel Villa Mauresque, une biographie de l’écrivain Somerset Maugham, avec François Rivière et participera à un documentaire sur la vie d’un des speakers de la France libre à la BBC Little Big Bauer. Son graphisme épuré, les environnements distingués et cultivés dans lesquels évoluent des personnages au charme et à l’élégance toute britannique confèrent à son oeuvre un style reconnaissable entre tous.Floc’h, né en 1953, est un artiste majeur d’illustration et de bande dessinée. Il est l’un des principaux tenants de la ligne claire aux côtés d’Yves Chaland, Ted Benoit, Joost Swarte.

Olivier GRENSON Véritable boulimique, Grenson cumule les fonctions, il enseigne le dessin puis la Bande Dessinée et la narration à l’ERG, école supérieure artistique de Bruxelles et anime pendant six ans (de 1989 à 1995) la rubrique BD pour l’émission «Clip Clap» sur RTL-TVI.Après une adaptation avortée de «Malvira» en BD et deux histoires courtes de «Jack et Lola» avec Patrick Chaboud, pour le journal Circus, Olivier Grenson rencontre Claude Lefrancq et Michel Oleffe. C’est le début des aventures de «Carland Cross»…Né le 27 mai 1962 à Charleroi, c’est à 10 ans que Olivier a su qu’il ferait de la BD. C’est «Lucky Luke», «Tintin» et le journal «Spirou» qui le mèneront à suivre les cours de Vittorio Leonardo entre 14 et 17 ans. Après des humanités scientifiques, il étudie le cinéma d’animation à L’école de recherche graphique de Bruxelles. Le soir, il rejoint l’atelier d’Eddy Paape, cours de Bande Dessinée où il rencontre notamment Wurm, Lumer, Cayman, Durieux… Il s’attaque déjà à ses propres projets et publie sous l’impulsion de Paape «Aldose et Glucose» dans le journal Tintin de 1984 à 1986. Ces histoires courtes de SF humoristique seront suivies des premiers récits réalistes et fantastiques publiés en 1987 et 1988. Des projets d’albums suivront, les refus s’enchaîneront.

Le premier album «Le Golem» reçoit le prix avenir 1991 par le CBBD (Centre belge de la Bande Dessinée).

«La Goule de Shadwell», sixième opus, reçoit le prix du meilleur dessin en 1996 par le CBBD. La série s’arrête en 1998 avec «Les pendus de Manhatan».

 JAL En 1999, il participe à la réalisation d’un album collectif : Premières Danses (éditions Chemin Faisant). Chez le même éditeur : Danse avec les p’tits loups, en 2001, et Trois mômes et des coups fins, en 2002. Il participe régulièrement a des publications telles que La Gazette des Jardins, depuis 1995, et à Rustica, depuis 1998.Jean-Louis AGUILA, dit JAL, est né le 8 octobre 1964 à Marseille. De 1982 à 1998, il dessine et publie des fanzine (Zip-Zap, 8 numéros parus), Batavia (9 numéros parus). Il crée des personnages en veux-tu, en voilà : Roger, Wilbur… et Boby (pour Cocktail News, journal gratuit de Lille, repris depuis dans la Gazette des Jardins). Il publie aussi M’sieur l’arbit (éditions Edgar Tampon, en collaboration avec Franck Berthoux), ainsi que des cartes postales et des livres postaux (éditions d’Ici).

Il illustre aussi des ouvrages divers : Les Agrumes, L’olivier de Michel Courboulex, Pilhaouer et Bonnet Rouge, de Jacqueline Favreau, Sésame, la gazette du festival du conte des Alpes-Maritimes…) En 2004, il réalise l’affiche du festival du conte des Alpes-Maritimes et termine le tome 1 de l’album OSNIRA, l’Enfant Linceul, aux éditions « Clair de Lune ». Entre 2005 et 2008, il sort trois tomes d’OSNIRA. En 2011, sortie de RONALDINO.

JÉRÉMY Aspirant à une carrière dans la BD, Jérémy a eu la chance de démarrer à 17 ans dans sa région de Tournai aux côtés du fameux dessinateur de Murena. Il a même obtenu un « pinceau d’or » au festival BD de Vaison-La-Romaine, récompensant sa mise en couleur du T5 de Murena en 2006. Il met également en couleurs la Complainte des Landes perdues des mêmes auteurs et dont le nouvel épisode vient de sortir. En novembre 2007, il a démarré au dessin son premier album Barracuda (sorti en 2010).Jérémy Petiqueux est promis à un bel avenir dans la bande dessinée. Il a démarré aux côtés de Philippe Delaby comme coloriste de l’incontournable Murena. Tout en poursuivant ses mises en couleurs, il prend le temps de réaliser une nouvelle série de pirates, Barracuda, écrite… par Jean Dufaux.

KMIXE Elle fait alors la connaissance de Philippe Fenech, sur lequel elle proféra menaces et chantages, afin de bénéficier du savoir du sage, et de ses feutres.Née à Montpellier en 1988, KMixe quitte rapidement le soleil du sud pour partir s’exiler dans la brume Normande. Elle rêve d’un avenir passé a déterrer des dinosaures aux longues dents, mais doit se rendre à l’évidence: la branche scientifique de sa scolarité laisse à désirer. Les cours qu’elle suit au lycée l’ennuient, et les dessins se mettent a envahir ses marges de cahier. Ses résidus de cours, (où il n’y a finalement plus rien a lire) constituent son premier book et lui permettent en 2005, au hasard des rencontres, de se retrouver à faire du bénévolat dans un festival de bande-dessinée.

Il résulte de leur rencontre quelques collaborations, notamment pour le Lanfeust Mag et, en novembre 2007, dans le collectif « cordes sensibles ».

Corentin MARTINAGE Né à Paris le 7 janvier 1985, Corentin prend conscience assez tôt de son don pour le dessin. Il décide de s’orienter vers des études artistiques qu’il abandonnera. Il fait la rencontre du scénariste, Tristan Roulot, au détour d’une station de métro. Destin ou pur hasard ? Ils plancheront ensemble sur plusieurs projets de bandes dessinées qui ne verront jamais le jour, jusqu’à un certain festival d’Angoulême où ils présenteront entre deux gros projets d’histoires épiques, une série de gags en une planche. Lanfeust Mag les repére en premier et décide de les publier tout les mois dans le magazine. La série GOBLIN’S était née et après quelques années de parution c’est l’album qui voit enfin le jour aux éditions Soleil.

Nora MORETTI Née à Venise, Italie, en 1980, Nora Moretti étudie au Lycée Artistique de Venise, puis à l’École Internazionale di Comics. À la fin de sa formation, elle travaille comme illustratrice et dessinatrice sur divers projets (couvertures et dessins pour des magazines et livres, BD, animé, websites, jeux interactifs). Elle publie son premier projet de bande dessinée MONDOMBRA chez Renoir Comics en 2007. La même année, son projet AELIS remporte le «Lucca Comics Project Contest»et se retrouve publié par Panini Comics en 2008.

Aujourd’hui, en parallèle de ses albums, Nora enseigne à l’école de BD Venezia Comix. Elle rencontre Audrey Alwett au Festival d’Angoulême en janvier 2008. Malgré la barrière de la langue, la complicité est immédiate et elles signent avec Soleil dans la collection Blackberry PRINCESSE SARA, un album adapté du livre THE LITTLE PRINCESS de F. Hogsdon Burnett.

REGRIC Régric est le pseudonyme que Frédéric Legrain (né en 1969 en Seine St-Denis) s’est composé à 7 ans, quand il voulait déjà devenir dessinateur de Bande Dessinée. Il a appris son métier en recopiant des comics américains, puis en s’inspirant des maîtres de l’école franco-belge qu’il admire le plus: Hergé, Jacques Martin et Bob de Moor. Il a eu le plaisir de rencontrer ce dernier, qui l’a chaleureusement encouragé à continuer. Il a publié sa première BD à l’âge de 14 ans: une parodie de la « Chasse aux Trésors »; il publie ensuite diverses histoires courtes dans Triolo et Jet; il réalise aussi un album « petit format » de 100 pages vulgarisant la philosophie de Cicéron. De 1994 à 2006, il travaille dans une société de production de dessins animés, où il a notamment réalisé des décors pour Lucky Luke. En 2003, il propose ses services à Jacques Martin, qui l’engage pour écrire et illustrer une nouvelle série d’albums didactiques: les Voyages de Lefranc, consacrés à l’Histoire de l’Aviation. Après 3 albums autant appréciés par les spécialistes de l’Aviation que par le grand public, il fait équipe avec un scénariste pour continuer le nouveau cycle des aventures de Lefranc dans les années 50, avec l’épisode Noël Noir (octobre 2009).

En 2009, il rencontre Olivier Marin et ils décident de faire un projet ensemble sur le thème de la Mini, en tant que dessinateur et scénariste. En 2011 sort « Un été indien pour la Mini » chez Paquet.

Michel RODRIGUE Michel Rodrigue est né à Lyon en 1961. Sportif de haut niveau, il s’inscrit toutefois à l’Ecole nationale des Beaux-Arts. Contraint cependant de vider les lieux, il opte pour une licence en archéologie médiévale qu’il passe tout en travaillant comme marionnettiste.

Sa vocation de dessinateur de BD, il l’a découverte après une représentation de «Cyrano de Bergerac». À partir de 1990, succédant à René Pellos, il produit trois albums des Pieds Nickelés..

Suivront Doggyguard, avec Bob de Groot, et, chez Bamboo, Les Damnés de la route, Triple Galop tome 1, Les Amours compliquées de Roméo et Juliette dont il signe les dessins, ainsi que Cubitus.

Tony SEMEDO Né en 1981, Autodidacte en dessin, Il a étudié l’animation 3d pour ses études supérieures. Il a travaillé dans une boite de jeux videos appelée The Mighty Troglodytes et a fait beaucoup de chara design pour un jeu Online appelé Urban Rivals (toujours en cours. «7 Naufragés» est sa toute première bd publiée.

Concernant ses influences, Il a grandi avec les comics américains avant de piocher dans la culture manga et franco-belge. Ses auteurs fétiches sont Travis Charest, Chris Bachalo, Joe Madureira, Scott Campbell.. et tant d’autres.

Fan d’animation aussi, des Disney/Pixar, Miyasaki et les prod du studios Ghibli, Eiichiro Oda et son One Piece et des simpson/Futurama.

Anne SIMON Anne Simon est née en 1980 dans les Deux-Sèvres. Elle étudie aux Beaux-Arts d’Angoulême et à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Paris. Elle reçoit en 2004 le prix « Jeunes Talents » au FIBD d’Angoulême et sort sa première bande dessinée « Perséphone aux Enfers » en 2006.

Très active au sein des éditions Misma, elle collabore régulièrement à la revue de bande dessinée indépendante Dopututto.

Son dernier livre paru est consacré à Freud, en collaboration avec Corinne Maïer. Elle travaille en parallèle pour la presse et l’édition jeunesse (Bayard, Gallimard, Albin Michel, Actes Sud…).

Francis VALLES Formé aux Beaux-Arts de Saint-Etienne, Francis Vallès fait partie de ces esthètes du réalisme traditionnel, toujours à la recherche de la case parfaite. Une quête qu’il entame réellement en 1983, lorsqu’il signe Simon Francoeur, sa première série de bande dessinée. Il adapte également de nombreux romans pour Je Bouquine. Cette première expérience lui permet d’affiner le style réaliste épuré qui fera de lui l’un des grands du franco-belge. En 1989, il débute aux côtés de Bocquet la série Dorian Dombre pour Glénat, chez qui il entreprend en 93 la grande saga des Maîtres de l’Orge avec Jean Van Hamme, laquelle lui apportera la reconnaissance définitive du grand public. Il entame ensuite la série Tosca avec Stephen Desberg. Ce récit dédié à l’évolution de la mafia sur le sol américain marque le début d’une fructueuse collaboration, poursuivie dans les pages de Rafales. Il retrouve aujourd’hui Van Hamme, aux côtés de Didier Alcante, pour les huit albums de Rani, grande fresque historique dont les paysages variés lui permettront de laisser pleinement parler son goût pour les décors.

Damien VANDERS Après des études d’arts appliqués à Roubaix puis une expérience dans la communication, Damien rejoint le jeu vidéo comme illustrateur. Il signe avec Damien Marie chez Soleil une première série intitulée Règlement de Contes puis enchaîne chez Grand Angle avec Welcome to Hope et Parce que le paradis n’existe pas. Il réalise également Back to Perdition chez Vents d’Ouest avec son comparse Marie…

VAN DER ZUIDEN Né en Belgique en 1967, Emilio Van der Zuiden s’enthousiasme très tôt pour la bande dessinée en lisant les aventures de Lucky Luke, le joyeux cow- boy. La découverte d’une vieille boîte de couleurs sera une révélation : il sera Morris ! Malgré ses efforts, il devra renoncer à cet ambitieux projet.

Après de longues années d’études variées et diverses, il trouve un poste de graphiste dans la presse, où il devient vite directeur artistique.

Mais ses premières amours ont la dent dure, et n’y tenant plus, ce jeune prodige se tourne à nouveau vers la bande dessinée.

La rencontre avec Olivier Marin lors de la foire du livre de Bruxelles en 2006 sera déterminante : leur amour commun des vieilles carrosseries et de l’esprit de la ligne claire les amènera tout naturellement à travailler ensemble sur Les Mystères de la 22 CV, et à poursuivre cette aventure avec Les Déesses de la Route. Il se lance aujourd’hui dans une nouvelle aventure avec « les filles de l’oncle Bob », inspiré de la vie du pilote Bob Neyret et scénarisé par Métapat.

 YOANN Yoann est né le 8 octobre 1971 à Alençon dans l’Orne. Il passe son enfance à dessiner chez lui le mercredi après-midi, ou à observer les grenouilles au bord des ruisseaux voisins…

Après un bac arts-plastiques, il est reçu à l’école des Beaux-Arts d’Angers, qu’il habitera 8 ans.

C’est là qu’il rencontre Éric Omond, qui devient vite son scénariste favori ainsi qu’un de ses meilleurs amis. Il s’ouvre aussi sur l’art contemporain, la vidéo, la photo, la communication et cessera même la BD durant un an et demi.

Il publiera néanmoins Phil Kaos dans la revue Deadline en Grande Bretagne ainsi que Dark Boris dans la revue Inkling. Le cycle des Beaux-Arts s’achève et il entre au CNBDI (Angoulême) comme objecteur de conscience durant 10 mois. Il est alors concepteur d’outils pédagogiques et animateur de cours de BD.

Avant de quitter Angers pour Nantes, il crée l’association « La Boîte qui fait Beuh » regroupant de jeunes auteurs prometteur tels qu’Olivier Supiot, Nathalie Bodin, Boris Beuzelin, Olivier Martin, Lionel Marty, etc… Il réalise dans le même temps le premier album de Toto l’ornithorynque en 1997. Dès lors s’enchaînent des participations à des albums collectifs mais aussi des collaborations avec des auteurs reconnus, tels que Joann Sfar, Lewis Trondheim, Fabien Vehlmann, Vincent Ravalec ainsi que son éternel ami, Éric Omond.