Depuis 1996, Nice a son prix littéraire. Parrainé par la ville et le quotidien Nice matin, il sera décerné par M. Christian Estrosi,Député-Maire de la Villeen ouverture du Festival, le 13 juin. Le jury, présidé par Franz-Olivier Giesbert, réunit Paule Constant,Irène Frain, Aurélie de Gubernatis, Didier Van Cauwelaert, Laurent Seksik, Jean-Luc Gagliolo (Conseiller municipal délégué au Patrimoine, à la Lutte contre l’illettrisme, au théâtre, à la culture et à la langue niçoises) et Olivier Biscaye (directeur des rédactions du groupe Nice-Matin). Sélectionné par des écrivains et par des journalistes de Nice-Matin, un jury populaire de dix lecteurs est associé aux délibérations du jeudi 22 mai, pour désigner, parmi 8 romans, le lauréat 2014.

Sont en lice cette année :

Valentin Musso pour Sans Faille (Le Seuil) ;

Lola Lafon pour La petite communiste qui ne souriait jamais (Actes Sud) ;

Sylvain Tesson pour S’abandonner à vivre (Gallimard) ;

Pierre Assouline pour Sigmaringen (Gallimard) ;

Maylis de Kerangal pour Réparer les vivants (Verticales) ;

Bernard Chambaz pour Dernières nouvelles du Martin-Pêcheur (Flammarion) ;

Emilie de Turckheim pour Une Sainte (Héloïse d’Ormesson)

et François-Guillaume Lorrain pour L’année des volcans (Flammarion).

En 2013 le prix avait été attribué à Valérie Tong Cuong pour L’Atelier des miracles (JC Lattès).