C’est lors de la conférence de presse qui s’est tenue mercredi 24 octobre, que Malek Chebel, président du jury du Prix des lecteurs du Var, a annoncé le lauréat 2012.

Il s’agit de Sayed Kashua pour son roman « La deuxième personne » (éditions de L’Olivier).

Le livre

L’Avocat, un homme de loi arabe, installé dans la partie juive de Jérusalem, découvre dans un livre d’occasion un billet d’amour écrit de la main de sa femme. Son destinataire? Sans doute ce «Yonatan» dont le nom figure sur la page de garde… Cette découverte fait naître en lui une jalousie impossible à maîtriser et le pousse à retrouver celui qu’il soupçonne être l’amant de sa femme. Parallèlement à son enquête, on suit le parcours d’un jeune Arabe, Amir Lahav, assistant social, engagé pour s’occuper d’un jeune homme, réduit à l’état végétatif à son domicile: Yonatan. Un glissement d’identité s’opère peu à peu: Amir Lahav, l’Arabe, devient Yonatan Forschmidt, Juif ashkénaze, «bien sous tous rapports»… et photographe de talent. Tout ce roman est bâti sur la course éperdue des deux principaux protagonistes en quête de leur vérité, de leur réelle identité, mais aussi de la nature de l’amour, de la vie conjugale, de l’amitié, des destins croisés par la main diabolique du hasard. A la manière des Mille et une nuits, le récit noue les fils de l’écheveau, brouille les personnages.

L’auteur

Sayed Kashua est né en 1975 à Tira en Galilée. Arabe israélien, il vit à Jérusalem. Journaliste, il est chroniqueur au quotidien Haaretz. Il est aussi l’auteur d’une série télévisée, Travail d’Arabe, dans laquelle il se moque des Juifs, des Arabes, et surtout de lui-même, héros qui tente maladroitement de s’intégrer à la société israélienne. Comme dans ses livres, écrits en hébreu, qui mettent en scène le défit que représente la vie pour les Arabes israéliens, condamnés à naviguer entre deux mondes. Ses romans sont traduits en France – Les Arabes dansent aussi(Belfond, 2003) ; Et il y eut un matin (L’Olivier, 2006, et Points) – et dans de nombreux pays. Primé à plusieurs reprises (en Italie, Israël, Allemagne, USA), l’auteur a été fait chevalier des Arts et des Lettres en France.